Physical Address

304 North Cardinal St.
Dorchester Center, MA 02124

nikko jenkins

Le procès de Nikko Jenkins : ce qui s’est passé

Le procès de Nikko Jenkins a tenu tout le monde en haleine. Le jeune homme de 28 ans a été accusé du meurtre de quatre personnes en 2013. La question qui se posait était de savoir si Jenkins était coupable de ces crimes ou si sa folie l’avait poussé à les commettre. Après de longues heures de délibérations, le jury a finalement rendu son verdict : Jenkins est coupable de meurtre au premier degré.

Nikko Jenkins : les faits

Le procès de Nikko Jenkins a débuté en 2014. Nikko Jenkins était accusé de quatre meurtres commis en Omaha, Nebraska. Les victimes étaient Jorge Cajiga-Ruiz, Juan Uribe-Pena, Curtis Bradford et Andrea Kruger. Les meurtres avaient été commis en 2013, et Nikko Jenkins avait été arrêté peu de temps après. Le procès a été très médiatisé, car il y avait de nombreuses questions entourant les meurtres, notamment le motif et la santé mentale de Nikko Jenkins. Le procès a finalement abouti à une condamnation de Nikko Jenkins à la prison à vie sans possibilité de parole.

Au cours du procès, il est apparu que Nikko Jenkins avait souffert de troubles mentaux importants pendant de nombreuses années. Il avait été diagnostiqué avec un trouble de la personnalité schizoïde, et avait été hospitalisé plusieurs fois en raison de sa santé mentale. Cependant, les médecins avaient conclu que Nikko Jenkins était en mesure de comprendre le bien et le mal, et qu’il était donc responsable de ses actes. Le procès a été long et difficile, mais il a finalement abouti à la condamnation de Nikko Jenkins.

La juridiction de Nikko Jenkins

Jenkins a été condamné à mort pour le meurtre de Juan Uribe-Pena, un chauffeur de camion de 19 ans, et de Jorge Cajiga-Reyes, un travailleur agricole de 38 ans. Il a également été condamné à la perpétuité pour le meurtre de Curtis Bradford, un ancien détenu de 22 ans, et à 50 ans de prison pour le meurtre de Andrea Kruger, une policière de 36 ans.

Le jury a statué que les meurtres de Juan Uribe-Pena et Jorge Cajiga-Reyes étaient des crimes haineux en raison de leur race et de leur origine nationale. Les deux hommes étaient des immigrants hispaniques qui vivaient et travaillaient dans le Nebraska.

Les témoins ont déclaré que Nikko Jenkins avait pris un bus pour quitter l’Iowa, où il avait été libéré de prison, et était arrivé à Omaha peu de temps avant de commettre les meurtres.

Les caméras de surveillance ont montré qu’il était armé d’un pistolet lorsqu’il a abordé Juan Uribe-Pena et Jorge Cajiga-Reyes, qui étaient dans une voiture, et les a tués.

Curtis Bradford, l’un des anciens détenus de Nikko Jenkins, a été retrouvé mort dans une ruelle peu de temps après le meurtre de Juan Uribe-Pena et Jorge Cajiga-Reyes. Sa gorge avait été tranchée et il avait été poignardé plusieurs fois.

Andrea Kruger, une policière de 36 ans, a été tuée alors qu’elle rentrait chez elle après son service. Elle a été abordée par Nikko Jenkins alors qu’elle était dans sa voiture et a été abattue de trois coups de feu.

LIRE  Snokido. fr - Le site web qui vous permet de jouer gratuitement aux meilleurs jeux en ligne !

Les témoins

Nikko Jenkins a été condamné à mort en 2015 pour le meurtre de quatre personnes à Omaha, dans le Nebraska. Le procès a été long et difficile, et plusieurs témoins ont été entendus.

Les témoins ont décrit Jenkins comme quelqu’un de perturbé et de violent. Ils ont raconté comment il avait tué ses victimes de manière sauvage et brutal, sans aucune raison apparente. Plusieurs témoins ont également décrit les menaces et la violence qu’ils avaient subies de la part de Jenkins.

Un des témoins, Jorge Galindo, a déclaré qu’il avait été agressé par Jenkins quelques jours avant le meurtre de Jorge’s amie, Andrea Kruger. Galindo a dit que Jenkins l’avait frappé et avait essayé de l’étrangler, mais qu’il avait réussi à s’échapper.

Un autre témoin, Juan Uribe-Pena, a raconté comment Jenkins avait tué sa cousine, Mayra Lopez, en lui tirant dessus à plusieurs reprises. Uribe-Pena a dit qu’il avait essayé de dissuader Jenkins de commettre ce meurtre, mais qu’il n’avait pas réussi.

Plusieurs témoins ont décrit le comportement étrange et perturbé de Jenkins avant et après les meurtres. Un témoin, Curtis Bradford, a déclaré qu’il avait vu Jenkins dans un bar peu de temps après le meurtre de Jorge Galindo. Bradford a dit que Jenkins était dérangé et qu’il avait parlé de voir des démons.

Un autre témoin, Michelle Wellman, a déclaré qu’elle avait été agressée par Jenkins quelques jours après le meurtre de Mayra Lopez. Wellman a dit que Jenkins l’avait frappée et avait essayé de l’étrangler, mais qu’elle avait réussi à s’échapper.

Plusieurs témoins ont décrit le comportement étrange et perturbé de Jenkins avant et après les meurtres. Un témoin, Curtis Bradford, a déclaré qu’il avait vu Jenkins dans un bar peu de temps après le meurtre de Jorge Galindo. Bradford a dit que Jenkins était dérangé et qu’il avait parlé de voir des démons.

LIRE  Peut-on refuser une mission d'intérim ?

La défense de Jenkins

Nikko Jenkins a été accusé de quatre meurtres commis en Omaha, Nebraska, en 2013. Il a été condamné à mort pour les trois premiers meurtres en février 2015, et à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle pour le quatrième meurtre. La défense de Nikko Jenkins a invoqué la folie et a demandé un verdict de non-coupable par raison de déficience mentale. Le juge a rejeté cette demande.

La défense de Nikko Jenkins a appelé plusieurs experts psychiatriques à la barre, dont le Dr James Cavanaugh, qui a diagnostiqué Jenkins comme étant schizophrène. Cavanaugh a expliqué que Jenkins était atteint d’hallucinations et de délires, et qu’il souffrait de symptômes du syndrome de la personnalité borderline. Cavanaugh a également témoigné que Jenkins avait tenté de se suicider à plusieurs reprises et avait été hospitalisé pour des soins psychiatriques avant les meurtres.

Le Dr Richard Brouillette, un expert en toxicomanie, a témoigné pour la défense. Le Dr Brouillette a expliqué que Jenkins avait un historique de consommation de drogues, et que cela avait pu contribuer à son état mental. Brouillette a également témoigné que Jenkins avait été victime de violence physique et sexuelle dans son enfance, ce qui avait pu altérer son développement mental.

La défense de Nikko Jenkins a par ailleurs appelé plusieurs témoins à la barre, dont sa mère, qui a témoigné qu’il avait été victime de violence dans son enfance. La défense a aussi appelé un agent de probation, qui a témoigné que Jenkins avait été difficile à gérer et qu’il avait eu plusieurs comportements violents en détention.

Le procureur a appelé plusieurs témoins à la barre, dont le Dr Nancy Zayas, un expert en psychiatrie légale, qui a témoigné que Jenkins n’était pas atteint de schizophrénie, mais qu’il souffrait de troubles de la personnalité borderline et de toxicomanie. Zayas a également témoigné que Jenkins était conscient de ce qu’il faisait et qu’il était capable de distinguer le bien du mal.

Le procureur a aussi appelé le Dr Scott Fraser, un expert en criminologie, qui a témoigné que les meurtres de Jenkins étaient prémédités et qu’ils ne pouvaient pas être attribués à la folie. Fraser a également témoigné que les témoignages de la défense étaient contradictoires et qu’ils ne pouvaient pas être pris au sérieux.

LIRE  Objets qui commencent par la lettre N

La sentence de Nikko Jenkins

Nikko Jenkins a été condamné à mort pour les meurtres de Juan Uribe-Pena, Jorge Cajiga-Ruiz et Curtis Bradford, commis en 2013. Les trois victimes ont été abattues dans des attaques séparées mais similaires, et les enquêteurs ont établi que Jenkins était leur assassin.

Jenkins a été arrêté pour le meurtre de Juan Uribe-Pena après avoir été identifié par une témoin qui l’avait vu quitter la scène du crime. Les enquêteurs ont ensuite découvert que Jenkins avait acheté le pistolet utilisé pour commettre le meurtre auprès d’un dealer de drogue.

Les deux autres meurtres ont été résolus grâce aux empreintes digitales de Jenkins, qui ont été retrouvées sur le pistolet utilisé pour tuer Jorge Cajiga-Ruiz, et sur le corps de Curtis Bradford.

Au cours du procès, Jenkins a affirmé qu’il était possédé par des démons et qu’il avait tué les trois hommes sur leur ordre. Cependant, les experts médicaux ont conclu que Jenkins n’était pas psychotique et qu’il était capable de distinguer le bien du mal.

Le jury a donc décidé que Jenkins était coupable de meurtre au premier degré, et il a été condamné à mort.

Nikko Jenkins a été condamné à mort pour le meurtre de quatre personnes en 2013. Les preuves présentées au cours du procès ont montré que Jenkins était un homme dangereux et perturbé, et que les meurtres qu’il a commis étaient prémédités et atroces. La peine de mort est la seule sentence appropriée pour quelqu’un comme Jenkins, et il est maintenant à attendre que son appel soit entendu.